Véronique Ducharme

  • Véronique Ducharme, 2012
  • Assemblage manteau sur toile, Hasting, Angleterre 2013

En résidence | In residency : 01 – 02.2014
Présentation publique | Les Consultations : 30.05.2013

 

BIOGRAPHIE

Véronique Ducharme est née à Montréal en 1983, où elle vit et travaille. Elle a reçu une maîtrise en arts du London College of Communication en 2010 et un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia en 2007. Elle est récipiendaire du prix Gabor Szilasi de 2007 de l’Université Concordia. Son travail a été présenté à la galerie B-312 dans le cadre de la 13e édition du Mois de la Photo à Montréal (2013), à la galerie A.I.R. à New York dans le cadre de l’exposition Montréal-Brooklyn (2013), au Fotografiska Museet de Stockholm (2012), galerie Les Territoires (2011-12), Musée McCord (2008), galerie FOFA (2007), galerie La Centrale Powerhouse (2007) à Montréal, et au London College of Communication (2010). En 2006, Magenta Foundation de Toronto a publié Carte Blanche, incluant de travail de Ducharme.
 

DÉMARCHE

Depuis plusieurs années je développe une pratique artistique en photographie contemporaine qui explore le rapport à l’Autre selon différentes approches. D’abord en lien avec le portrait photographique, mon travail s’est ensuite développé vers une pratique qui examine les relations entre l’humain et le non-humain; tel d’autres formes d’agents comme la technologie, les animaux et les objets. Mon travail visuel tente de rendre visuellement une expérience d’altérité et se situe en lien avec une nouvelle branche de la philosophie contemporaine qui étudie l’ontologie orientée vers l‘objet et rejette le privilège de l’existence humaine par rapport aux autres formes d’existences. J’examine le rapport à l’Autre dans une perspective où l’humain n’est pas toujours l’initiateur principal des interactions mais un agent parmi d’autres. Mon projet le plus récent intitulé Encounters, présenté dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal, explore le rapport entre la machine et l’animal sous la forme d’une installation de projecteurs de diapositives automatisés qui projettent des images d’animaux prisent en forêt par des appareils de chasse. Dans ce projet, je joue avec la flexibilité du médium photographique pour créer une installation qui met l’emphase sur la physicalité de la machine automatisée et contraste avec l’apparition et la disparition des images projetées. Ici, l’œuvre est le résultat de l’interaction entre la machine, l’animal et l’humain, et l’humain n’est pas l’élément central mais bien un agent dans un tissu de relations complexes.

PROGRAMME DE RÉSIDENCE

Durant ma résidence au Cabinet j’ai l’intention de compléter une série de photographies qui se situe en continuité avec la série Les choses perdues réalisée en 2010. Depuis plusieurs années, je m’intéresse aux objets perdus, ou laissés volontairement dans l’espace public; surtout les vêtements qui rappellent si facilement le corps humain. Le travail que je compléterai dans le cadre de ma résidence au Cabinet est inspiré des images d’objets que j’ai accumulé au fil du temps et prendra la forme d’une installation photographique où différents objets seront associés dans des assemblages à la fois improbables et vraisemblables. Ce travail examinera la nature du monde matériel, la vie des choses et notre rapport à cette matérialité vivante.

LA PRÉSENTATION | LES CONSULTATIONS

Avec son nouveau projet Encounters, Véronique Ducharme explore les rapports complexes entre l’humain, la nature et la technologie. Né d’une fascination pour les images de chasse, ce projet s’inscrit en continuité dans sa recherche sur l’altérité. En général, sa démarche artistique adresse des problématiques liées au rapport à l’Autre et à sa représentation et gravite autour du paradoxe de l’incessant désir de quête de l’Autre et l’échec inévitable de cette quête. Dans le projet Encounters, Véronique se penche plus particulièrement sur le rapport entre l’appareil photographique, l’animal sauvage et l’humain. Elle orchestre et observe la relation entre l’appareil et l’animal et elle s’efface pour qu’une rencontre ait lieu.

Encounters sera présenté dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal en septembre prochain. Au cours de la dernière année, Véronique a accumulé des milliers d’images prises à l’aide d’appareils automatiques, normalement utilisés par les chasseurs. Ces images sont transférées en diapositives dans le but de créer une installation à trois projecteurs. Elle est à l’étape de production de la projection/installation et elle voudrait profiter des Consultations pour avoir du feedback sur le rythme et la séquence des images.

www.veroniqueducharme.com