Caroline Mauxion

  • Caroline Mauxion
  • Caroline Mauxion
  • Caroline Mauxion
  • Caroline Mauxion

En résidence | In residency : 19.10.2015 – 27.11.2015
Présentation publique | Public talk : date à venir
 

BIOGRAPHIE
Caroline Mauxion a étudié la communication au Celsa puis la photographie à l’école des Gobelins à Paris. Après un parcours dans la photographie commerciale, elle s’installe à Montréal il y a cinq ans.

Elle est actuellement finissante à la maitrise d’Arts Visuels et Médiatiques à l’UQAM. Récipiendaire de la bourse FARE, elle vient de remporter le prix de la Fondation Sylvie et Simon Blais pour la relève en arts visuels 2015. Elle exposera son travail à la galerie Simon Blais au mois d’août puis à la galerie de l’UQAM au printemps 2016. Son travail a déjà été présenté à la galerie Les Territoires, à Diagonale et à la Parisian Laundry à Montréal ainsi qu’à la galerie Schumm Braumstein à Paris.

 

DÉMARCHE
– Reprendre contact –
« La photographie abordée comme index sous-entend une connexion physique avec le référent, l’objet représenté. Cette contiguïté physique – l’empreinte lumineuse déposée sur la surface sensible – existe encore en photographie numérique, mais est instantanément transformée en données digitales et non plus en traces sur un film. Cette perte de matérialité s’opère également dans ma pratique du numérique, qui génère une profusion d’images dont peu se finalisent sur papier. C’est dans ce constat de distance et de dématérialisation de l’image que je cherche à reprendre contact avec elle. L’image n’est plus réduite à une finalité iconique; elle devient objet à manipuler, à mettre en espace.
C’est dans l’atelier, à la lumière naturelle, que je réalise l’essentiel de mes images, et ce, dans une logique d’économie de moyens tant dans les techniques que dans les matériaux utilisés. Une feuille qui se décroche, des restants d’explorations ou encore des tests d’impressions, ces micro-évènements sont souvent des points de départs pour mes projets. Le sujet photographié ou filmé approche l’abstraction, laissant place à la couleur ou à la matière révélée par la lumière. Le papier est un matériau récurrent et souvent central dans mes récents projets autour du monochrome tant en vidéo qu’en photographie. »

 

PROJET DE RÉSIDENCE
« Je souhaite approfondir mon travail autour du monochrome en photographie en partant des couleurs énoncées dans les neuf interludes du roman-poème Les Vagues de Virginia Woolf. Ces derniers ponctuent les soliloques qui composent l’oeuvre. Ils décrivent un paysage de bord de mer où la lumière du soleil, depuis l’aube jusqu’au crépuscule, active les couleurs et les matières qui oscillent entre opacité et transparence. Je produis mes premiers monochromes sur Photoshop que j’imprime ensuite sur un papier satiné. La lumière crée des réflexions sur ce type de papier qui génèrent à leur tour de nouvelles couleurs. Je photographie à nouveau ces variations de matières et de couleurs. Je souhaiterais répéter ce procédé autant de fois que de nouveaux reflets lumineux viendront se déposer sur l’image imprimée. La photographie vient solidifier ces altérations de lumière, tel un durcisseur de matière et de couleur. Cette résidence au Cabinet me permettra de pousser plus loin cette exploration en imprimant ces nouvelles images et voir jusqu’ou je peux générer de nouvelles images selon la texture du papier, la couleur et la lumière. J’aurai ainsi la possibilité d’être réactive entre la prise de vue et la matérialisation de l’image qui est essentielle dans mon processus de production. »

www.carolinemauxion.com